blog

Santé

Médecin généraliste

Papillomavirus humain

Le papillomavirus humain (HPV) : définition et risques

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Les virus HPV sont des virus à ADN qui se transmettent de façon interhumaine par voie sexuelle (possiblement par voie indirecte par objets). On recense jusqu’à 150 HPV différents classés en deux familles : bas et haut risque. Cet article est tiré de notre formation HPV, dispensée par le Professeur Carcopino. Formation à destination des médecins généralistes.

 

Qu'est-ce que le papillomavirus ?

Les virus HPV les plus dangereux comportent deux gènes codants des oncoprotéines : E6 et E7. Ces derniers doivent, pour infecter un individu, pénétrer au niveau de la lame basale de l’épithélium du tractus génital (accessible au niveau jonction dite pavimento-cylindrique, jonction entre l’endocol et l’exocol).

Le mécanisme de transformation cellulaire est le même dans la majorité des cas : l'intégration du génome du papillomavirus dans les cellules est permise grâce au gène E2. Celle-ci entraine conjointement une levée d’inhibition des oncoprotéines.

Les oncoprotéines E6 et E7 sont les outils du processus de cancérisation. Ces deux protéines inactivent les suppresseurs tumoraux p53 et rétinoblastome. Ce faisant elles impliquent aussi une prolifération cellulaire par l'activation des télomérases (immortalisation cellulaire).

Médecins généralistes, Walter Santé vous propose une formation HPV en ligne dispensée par le Professeur Xavier Carcopino. Nous vous accompagnons gratuitement dans vos démarches de souscription et de financement.

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation
img test

Quelles sont les conséquences des virus HPV ?

Les virus HPV de bas risque (ex : HPV 6,11) peuvent être responsables de pathologies bénignes : condylomes acuminés, condylomatoses.

La quinzaine des virus HPV de haut risque (ex : HPV 16/18/31/33/45) à l’origine du cancer du col de l’utérus induisent aussi d’autres cancer (ex : oropharynx, anus).

Important

L’infection par le papillomavirus humain est le plus souvent sans conséquence : c’est l’infection persistante qui aboutit au cancer du col de l'utérus.

Plus de 99% des patientes avec cancer du col de l’utérus ont été infectées par un HPV de haut risque : HPV 16 (50%) et HPV 18 (25%).

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation
img test

Quels sont les risques d'infection au papillomavirus humain ?

La probabilité d’être infectée par un virus HPV est très élevée. On retiendra, au vu de l’incidence très forte, que le papillomavirus humain est davantage un marqueur d’activité sexuelle qu’une maladie sexuellement transmissible.

80% des femmes de 25 ans ayant eu en moyenne deux partenaires sont susceptibles d’avoir déjà eu un test HPV positif.

50% des femmes de 25 ans ayant eu en moyenne un partenaire sont susceptibles d’avoir déjà eu un test HPV positif.

Le préservatif protège incomplètement du HPV (70% d’efficacité). En effet la sexualité ne se limite pas à la pénétration et le HPV est très contagieux.

Pour résumer

Les virus HPV constituent des infections fréquentes et banales, quasi inévitables.

Ils font ainsi l’objet d’un paradoxe : ils constituent les principaux facteurs de risque de cancer du col de l’utérus et en même temps, ils infectent un très grand nombre de femmes.

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

Les troubles cognitifs liés à la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer peut provoquer des troubles cognitifs sévères chez le patient. Ces troubles cognitifs atteignent tout particulièrement la mémoire. Les différents types de mémoire sont touchés selon un degré variable qu’il convient de tester.

Lire l'article

Les troubles du comportement du patient Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

Les troubles du comportement du patient Alzheimer fluctuent en fonction de l’évolution de la maladie, de la personnalité et de l’histoire du patient. Ils correspondent à des tentatives de communication avec les autres et d’adaptation à l’environnement du patient atteint de troubles cognitifs. En tant que professionnel de santé, il est essentiel de bien les décoder pour s’y adapter.

Lire l'article

Les facteurs de risques de la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer est une maladie incurable. Pour autant, il est possible d’éviter ou de contenir son expression par l’identification des facteurs de risques d’Alzheimer chez le patient. Dans la plupart des cas, l’expression de la maladie d’Alzheimer est liée à la conjonction de plusieurs facteurs de risque et de facteurs génétiques probablement présents ou limités. La maladie d’Alzheimer est très rarement génétique. En effet, cette maladie n’est pas monogénique, c’est-à-dire liée à la mutation d’un seul gène.


Suivre une formation Alzheimer vous permettra de mieux identifier les facteurs risques Alzheimer auxquels peuvent être confrontés vos patients.

Lire l'article

Comment diagnostiquer le patient Alzheimer en tant que médecin généraliste ?

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

Du diagnostic de la maladie d’Alzheimer en passant par les spécificités de son annonce au patient, le médecin généraliste peut se trouver démuni. Face aux premiers symptômes d’Alzheimer, les critères de Khann ainsi que les bilans neurologiques, biologiques et radiologiques du patient peuvent lui permettre d’établir un diagnostic d’Alzheimer précoce.

Lire l'article