blog

Santé

Médecin généraliste

Papillomavirus humain

Le papillomavirus humain (HPV) : définition et risques

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

Les virus HPV sont des virus à ADN qui se transmettent de façon interhumaine par voie sexuelle (possiblement par voie indirecte par objets). On recense jusqu’à 150 HPV différents classés en deux familles : bas et haut risque. Cet article est tiré de notre formation HPV, dispensée par le Professeur Carcopino. Formation à destination des médecins généralistes.

 

Qu'est-ce que le papillomavirus ?

Les virus HPV les plus dangereux comportent deux gènes codants des oncoprotéines : E6 et E7. Ces derniers doivent, pour infecter un individu, pénétrer au niveau de la lame basale de l’épithélium du tractus génital (accessible au niveau jonction dite pavimento-cylindrique, jonction entre l’endocol et l’exocol).

Le mécanisme de transformation cellulaire est le même dans la majorité des cas : l'intégration du génome du papillomavirus dans les cellules est permise grâce au gène E2. Celle-ci entraine conjointement une levée d’inhibition des oncoprotéines.

Les oncoprotéines E6 et E7 sont les outils du processus de cancérisation. Ces deux protéines inactivent les suppresseurs tumoraux p53 et rétinoblastome. Ce faisant elles impliquent aussi une prolifération cellulaire par l'activation des télomérases (immortalisation cellulaire).

Médecins généralistes, Walter Santé vous propose une formation HPV en ligne dispensée par le Professeur Xavier Carcopino. Nous vous accompagnons gratuitement dans vos démarches de souscription et de financement. Cette formation DPC aborde entre autres le vaccin HPV, le diagnostic d'un cancer du col de l'utérus et le suivi post-conisation.

img test
Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation

Quelles sont les conséquences des virus HPV ?

Les virus HPV de bas risque (ex : HPV 6,11) peuvent être responsables de pathologies bénignes : condylomes acuminés, condylomatoses.

La quinzaine des virus HPV de haut risque (ex : HPV 16/18/31/33/45) à l’origine du cancer du col de l’utérus induisent aussi d’autres cancer (ex : oropharynx, anus).

Important

L’infection par le papillomavirus humain est le plus souvent sans conséquence : c’est l’infection persistante qui aboutit au cancer du col de l'utérus.

Plus de 99% des patientes avec cancer du col de l’utérus ont été infectées par un HPV de haut risque : HPV 16 (50%) et HPV 18 (25%).

Quels sont les risques d'infection au papillomavirus humain ?

La probabilité d’être infectée par un virus HPV est très élevée. On retiendra, au vu de l’incidence très forte, que le papillomavirus humain est davantage un marqueur d’activité sexuelle qu’une maladie sexuellement transmissible.

80% des femmes de 25 ans ayant eu en moyenne deux partenaires sont susceptibles d’avoir déjà eu un test HPV positif.

50% des femmes de 25 ans ayant eu en moyenne un partenaire sont susceptibles d’avoir déjà eu un test HPV positif.

Le préservatif protège incomplètement du HPV (70% d’efficacité). En effet la sexualité ne se limite pas à la pénétration et le HPV est très contagieux.

Pour résumer

Les virus HPV constituent des infections fréquentes et banales, quasi inévitables.

Ils font ainsi l’objet d’un paradoxe : ils constituent les principaux facteurs de risque de cancer du col de l’utérus et en même temps, ils infectent un très grand nombre de femmes.

img test
Formations Médecins Généralistes

Découvrez les formations DPC Médecins Généralistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Sur le même thème

L'insuffisance ovarienne prématurée : définition, étiologie et prévention

Thomas Cornet

|

13 Juin 2022

La baisse de la réserve ovarienne est un signe avant-coureur d’une insuffisance ovarienne prématurée. Diagnostiquer à temps l’arrivée d’une IOP peut permettre à vos patientes de porter un enfant, grâce notamment à l’autoconservation. Dans cet article, nous définissons l’insuffisance ovarienne précoce, ses causes, ses signes, et comment la prévenir.

Lire l'article

Les avis de nos apprenants médecins généralistes sur les formations DPC Walter Santé

Thomas Cornet

|

19 Septembre 2022

Découvrez dans cet article les avis de nos apprenants sur les .

Lire l'article

Les troubles DYS : dysphasie, dyslexie, dysorthographie et dyscalculie.

Thomas Cornet

|

6 Juin 2022

Les troubles spécifiques des apprentissages ou troubles “dys” sont des troubles cognitifs qui font partie des . Ces troubles induisent des difficultés d’apprentissage chez l’enfant et ont des répercussions sur sa scolarité et sa vie quotidienne.

Lire l'article

Comment faire l'interprétation d'un électrocardiogramme ?

Thomas Cornet

|

20 Juin 2022

Comment interpréter un électrocardiogramme ? Vous êtes médecin généraliste et, de plus en plus souvent, vous êtes amené(e) à recevoir des patients souffrant d’un trouble du rythme cardiaque. Jusqu’à maintenant, cet examen de santé, pourtant courant, est laissé entre les mains des spécialistes. En tant que médecin généraliste, vous pouvez, vous aussi, interpréter l'électrocardiogramme de vos patients. La solution : la formation. Dans le cadre du DPC, suivez une formation spécialisée dans l’électrocardiogramme. Quand, comment, avec qui : découvrez la formation ECG proposée par Walter Santé et dispensée par le docteur Denis Amet, cardiologue à l'Hôpital Européen Georges Pompidou à Paris.

Lire l'article