blog

Santé

Médecin généraliste

Vaccin HPV

Le vaccin HPV

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

Une manière de prévenir le cancer du col de l'utérus, ainsi que les lésions pré-cancéreuses du col de l'utérus ou de l'anus est l'administration du vaccin anti-HPV. Ce vaccin, qui a démontré sa grande efficacité et une sûreté maximale, concerne tout le monde. Mais où en est la couverteure vaccinale en France? En voici la réponse.

Les vaccins HPV sur le marché

La vaccination anti-HPV a montré une grande efficacité : il aurait une efficacité à prévenir les infections persistantes à HPV 16 et 18 dans plus de 90% des cas. Grâce à cette efficacité, il permet de prévenir toutes les lésions intra-épithéliales du col de l'utérus.


Les vaccins HPV ont évolué dans le temps. Le premier vaccin HPV était quadrivalent, c'est-à-dire qu'il protégeait contre 4 types de papillomavirus : les HPV 16 et 18, formes les plus fréquemment rencontrées dans les lésions pré-cancéreuses et les cancers du col de l'utérus, et les HPV 6 et 11 qui sont à l'origine des condylomes acuminés. S'en est suivi un vaccin anti-HPV bivalent qui ne ciblait que les HPV 16 et 18 ; et aujourd'hui, le vaccin anti-HPV est nonavalent, ciblant donc 9 formes de papillomavirus.

L'efficacité du vaccin HPV

Le vaccin nonavalent, mis au point dans les années 2000, a déjà prouvé sa grande efficacité pour prévenir les infections persistantes des HPV 16 et 18 et à prévenir les lésions pré-cancéreuses du col de l'utérus.


Il n'a pas encore prouvé son efficacité à prévenir le cancer du col de l'utérus, mais ce n'est qu'une question de temps : en effet, le vaccin ayant été mis au point dans les années 2000, et le cancer se développant 10 à 15 ans après l'infection, les patientes ayant été vaccinées n'ont pas eu le temps de développer - ou non - un cancer du col de l'utérus.

 

Approfondissez vos connaissances sur le Papillomavirus Humain grâce à la formation DPC de Walter Santé, à destination des médecins généralistes. Vous serez formé(e) au dépistage et à la prise en charge du cancer du col de l’utérus par le professeur Xavier Carcopino, gynécologue obstétricien et vice-président de la SFCPCV.

img test

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation

La sécurité du vaccin HPV

Plusieurs études de pharmacovigilance ont été publiées sur la sécurité du vaccin HPV : il n'y a aujourd'hui aucun indicateur permettant de démontrer un quelconque danger du vaccin, alors que 240 millions de doses ont été prescrites dans le monde.


Une étude menée aux Etats-Unis montre une petite augmentation des syncopes et des accidents thrombo-emboliques (phlébite entre autres), mais elle ne parvient pas à déterminer si cette augmentation est véritablement en lien avec la vaccination ou s'il s'agit d'une sur-déclaration de ses effets. Une autre étude menée sur 600 000 doses administrées montre effectivement une hausse des accidents thromboemboliques, même si cela reste limité à 8 patientes sur la totalité de l'étude.


Enfin, une étude menée au Danemark sur un million de jeunes filles qui se concentrait sur 40 maladies auto-immunes, a révélé une légère augmentation de certaines d'entre elles, donc la maladie de Behçet.

Qui est concerné par le vaccin HPV ?

Le vaccin anti-HPV concerne tout le monde : non seulement le HPV est très fréquent (80% de la population sera touchée au cours de sa vie sexuelle), mais il ne constitue pas seulement un risque pour le cancer du col de l'utérus (il y a un lien direct démontré entre le papillomavirus et les lésions-pré-cancéreuses de l'anus). 
C'est pour cela qu'il faut vacciner filles et garçons le plus tôt possible, pour éviter que le virus circule dans la population cible.


De plus, le vaccin anti-HPV ne protège pas seulement contre le cancer du col de l'utérus : il protège également contre les condylomes acuminés, qui sont l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquente dans les pays développés.

La vaccination HPV en France

Les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) en termes vaccination HPV ont beaucoup évolué au cours des dix dernières années en France. Et pourtant, alors que le vaccin est pris en charge, la couverture vaccinale reste décevante. Voici quelques informations sur l'évolution et les objectifs de la vaccination HPV en France.

Les recommandations françaises

En France, il n'y a plus de distinction sexuelle de la vaccination. En principe, la vaccination se fait entre 11 et 14 ans, avec 6 mois d'écart entre les deux injections. Mais il est également possible d'administrer le vaccin en rattrapage, c'est-à-dire entre les âges de 14 et 19 ans. Dans ce cas, trois doses seront injectées : la deuxième avec un mois d'écart par rapport à la première, et la troisième avec 6 mois d'écart par rapport à la première.

Important

Il est important de noter qu'il est possible de co-administrer ce vaccin avec les rappels de vaccin DTP (diphtérie, tétanos et polio).

Évolution au fil des 10 dernières années

Au fil des dix dernières années, les indications de l'AMM (Autorisation de mise sur le marché) ont été étendues : au lieu de cibler seulement les pathologies cervicales, on inclut maintenant la vulve, le vagin et l'anus. De plus, le schéma vaccinal a été simplifié à deux doses et l'âge de la vaccination a été rajeuni à 11-14 ans.
En 2019, la Haute Autorité de Santé (HAS) a généralisé le vaccin aux garçons : il n'y a donc ni distinction de genre, ni distinction d'orientation sexuelle dans l'administration du vaccin.

Des objectifs initiaux non-atteints

Il faut savoir que la politique vaccinale anti-HPV est largement insuffisante en France : alors que la couverture vaccinale dans des pays comme le Portugal, l'Italie ou l'Espagne est aux environs de 70%, la couverture vaccinale française dépasse à peine les 25%. Cette politique vaccinale est donc un échec retentissant car il est l'un des plus bas d'Europe, alors même que le vaccin est pris en charge. Il s'agit d'autant plus d'un échec que la couverture initialement prévue était de 60%.

img test

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Quelles sont les conséquences à long terme du HPV ?

Thomas Cornet

|

3 Octobre 2022

Le papillomavirus chez la femme, particulièrement celui de haut grade, peut donner lieu à des lésions cervicales du col de l’utérus. Ces lésions sont traitées par conisation, un acte chirurgical qui n’est pas anodin et engendre une augmentation du risque d’accouchement prématuré. Nous évoquons dans cet article les conséquences d’une conisation, ainsi que le risque de récidive chez une femme porteuse du papillomavirus. Dans quelle mesure une patiente peut-elle de nouveau présenter une lésion intraépithéliale ? Vous découvrirez aussi comment effectuer un suivi post-thérapeutique optimal, grâce notamment au test HPV.

Lire l'article

L'insuffisance ovarienne prématurée : définition, étiologie et prévention

Thomas Cornet

|

13 Juin 2022

La baisse de la réserve ovarienne est un signe avant-coureur d’une insuffisance ovarienne prématurée. Diagnostiquer à temps l’arrivée d’une IOP peut permettre à vos patientes de porter un enfant, grâce notamment à l’autoconservation. Dans cet article, nous définissons l’insuffisance ovarienne précoce, ses causes, ses signes, et comment la prévenir.

Lire l'article

Les avis de nos apprenants médecins généralistes sur les formations DPC Walter Santé

Thomas Cornet

|

19 Septembre 2022

Découvrez dans cet article les avis de nos apprenants sur les formations Walter Santé destinées aux médecins généralistes.

Lire l'article

Quelles sont les conséquences d'une infection HPV à bas risque ?

Thomas Cornet

|

3 Octobre 2022

Le dépistage d’un HPV peut être bénin comme très sérieux. La complexité du papillomavirus réside dans le fait qu’il peut soit être éliminé par l’individu s’il s’agit d’un HPV de bas risque, soit engendrer des lésions précancéreuses, voire un cancer, s’il est classé haut risque. Dans cet article, nous aidons les professionnels de santé à définir le papillomavirus, IST particulièrement répandue. Nous évoquons ses conséquences, et vous expliquons également ce qui différencie une infection HPV de bas risque d’une infection HPV de haut risque, afin de guider au mieux vos patientes.

Lire l'article