Les anti-vitamines K (AVK) : fiche IDE

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Les anti vitamines K (AVK) : fiche IDE

Mode d'action et surveillance des anti-vitamines K

|

11 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Si la coagulation sanguine est un processus naturel qui consiste à protéger le corps de diverses situations après des blessures, elle devient dangereuse lorsque la circulation sanguine ne s’établit pas correctement. Pour prévenir les risques de coagulation, l’intervention de certains anticoagulants est nécessaire :

  • ​​les anti-vitamines K (AVK), qui bloquent la fabrication des facteurs de coagulation ;
  • les anticoagulants oraux directs, qui eux, paralysent l’activation des facteurs de coagulation ;
  • l’héparine (héparine non fractionnée et HNF), qui permettent de dissoudre les caillots sanguins.

Retrouvez ici la fiche IDE constituée des informations concernant les anti-vitamines K. Quelles sont les indications pour l’administration d’anti-vitamines K ? Quelle est la posologie du traitement ? Quels sont les médicaments utilisés lors d’un traitement par AVK ? Quels facteurs peuvent entrer en interaction avec les médicaments anti-vitamines K ? 

Cet article vous propose certains éléments de réponse, à compléter avec une formation dédiée aux anticoagulants pour améliorer la prise en charge de vos patients au quotidien.

Sommaire

  • Propriétés des anti-vitamines K
  • Les médicaments
  • Y a-t-il des antidotes aux anti-vitamines K ?
  • Pharmacodynamie et pharmacocinétique
  • Les pathologies pour lesquelles sont prescrites les AVK
  • La posologie
  • Contre-indications et effets indésirables
  • Surveillance du traitement par AVK
  • Interactions avec les anti-vitamines K
  • Téléchargez la fiche IDE sur les anti-vitamines K en PDF

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Les anti-vitamines K

+ de 800 téléchargements

Partager sur :

Propriétés des anti-vitamines K

Les anti-vitamines K, ou AVK, sont un groupe de médicaments utilisés pour prévenir la formation de caillots sanguins chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation. 

 

Les anticoagulants peuvent bloquer :

  • soit les facteurs de coagulation, notamment en réduisant l’activité de la vitamine K grâce à l’utilisation d’anti-vitamines K naturels ;
  • soit l’activation des facteurs de coagulation dans la circulation sanguine par le biais d’anticoagulants oraux directs. 

Les anti-vitamines K inhibent l’action de la vitamine K, qui est nécessaire à la synthèse de certains facteurs de coagulation dans le foie. Les anticoagulants qui rendent inactive cette vitamine sont donc nommés des anti-vitamines K. En bloquant ce développement, les anti-vitamines K réduisent la capacité de coagulation du sang, prévenant ainsi la formation de caillots.

 

Il faut préciser que les AVK ont un effet anticoagulant indirect, ils empêchent la synthèse des formes actives de plusieurs facteurs de coagulation au niveau hépatique, essentiellement des 4 facteurs II, VII, IX et X de coagulation. Ils inhibent également la synthèse des protéines C et S qui sont deux anticoagulants physiologiques circulants.

 

Pour que cet effet s’installe, il faut que les facteurs coagulants antérieurs disparaissent. C’est pourquoi le début de l’apparition de résultat du traitement est lent, les AVK mettent entre 3 et 5 jours pour agir.

Bon à savoir

La Coumadine® et la Fluindione sont des AVK de demi-vie longue et l’Acénocoumarol un AVK de demi-vie courte.

La réussite du traitement dépend d’une variabilité interpersonnelle. Les AVK ne vont pas agir de la même manière sur chacun. Beaucoup de facteurs rentrent en ligne de compte, autant le mode de vie que la constitution biologique de chaque personne. On peut noter que l’alimentation a une grande influence sur le succès du traitement, aussi bien positivement que négativement.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Les médicaments

Lors de votre accompagnement thérapeutique, différents choix s’offrent à vous pour déterminer le traitement adapté à votre patient. Il existe différents médicaments qui forment une liste des antivitamines K :

  • Warfarine (Coumadine®)
  • Fluindione (Préviscan®)
  • Acénocoumarol (Sintrom®)

Les anti-vitamines K sont administrés par voie orale, ce sont des traitements de longue durée. Il est intéressant de savoir que le Préviscan® est très utilisé en France, mais la Coumadine® reste l’AVK de référence.

 

Il faut noter que l’Acénocoumarol est de moins en moins employé, car il a l’inconvénient de devoir être administré deux fois par jour. On le conserve pour les patients qui ont été soignés avec cette molécule auparavant et pour qui le traitement est une réussite. 

Bon à savoir

Avant de se tourner vers un traitement anti-vitamines K, il est également important de consulter les effets secondaires des anticoagulants et de s’intéresser aux contre-indications.

Les AVK sont des inhibiteurs des protéases procoagulantes vitamines K dépendantes. Les AVK ont un délai d’action long inhérent à leur demi-vie et inhérent aussi à la demi-vie longue de certains cofacteurs vitamines K co-dépendants. Leur pleine efficacité demande donc 3 à 5 jours de prise.

Y a-t-il des antidotes aux anti-vitamines K ?

Il n’existe pas à ce jour d’antidote aux anti-vitamines K. Dans le cas d’un surdosage, le seul antidote à l’anti-vitamine K, c’est la vitamine K. Un médecin peut alors prescrire des ampoules de vitamines K pour diminuer la dose d’anticoagulants AVK présente dans le sang.

 

On peut recourir au PPSB qui est un complexe prothrombique humain, si l’on observe des saignements sévères. Il est néanmoins plutôt pratiqué en milieu hospitalier.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Pharmacodynamie et pharmacocinétique

Pour ce qui est de l’action du médicament sur l’organisme de votre patient, il faut savoir que les molécules anti-vitamine K ont une absorption digestive et un métabolisme hépatique. Une attention minutieuse est alors essentielle quant à la fonction hépatique du patient avant toute prescription de traitement antivitamines K.

Important

Ces médicaments entraînent une élimination rénale. La fonction rénale du patient doit impérativement être normale ou correcte, et la créatinine ne doit pas être inférieure à 30. Il est important d’être constamment vigilant(e) sur les fonctions rénales et hépatiques pour l’administration d’un grand nombre de médicaments.

L’AVK traverse de la barrière hémato-placentaire et passe dans le lait maternel, il constitue donc une contre-indication pendant le premier trimestre et le dernier mois de grossesse et au cours des semaines d’allaitement.

Les pathologies pour lesquelles sont prescrites les AVK

Les traitements anti-vitamines K sont prescrits pour de nombreuses pathologies pour lesquelles ils ont une action bénéfique. On retrouve : 

  • la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire dans les maladies thromboemboliques ;
  • les cardiopathies emboligènes ;
  • certaines complications de l’infarctus du myocarde ou de l’insuffisance cardiaque ;
  • pour les patients porteurs de valves cardiaques mécaniques ;
  • en relais de l’héparine (lorsque l’anticoagulation est prolongée).
img test
Formations Santé

Découvrez nos formations DPC à destination des professionnels de santé.

Découvrir les formations

La posologie

La posologie des anti-vitamines K doit être adaptée à chaque patient(e). Il y a une grande variabilité interindividuelle et intraindividuelle. Il n’y a pas de posologie standard, c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de surveiller l’hémostase et d’ajuster les doses au cas par cas.

 

La variabilité interindividuelle fait référence aux différences entre les individus dans leur réponse à un traitement aux anti-vitamines K. Certaines personnes ont une sensibilité accrue aux AVK, et demandent donc une posologie plus faible pour trouver l’effet recherché par le traitement.

 

La variabilité intraindividuelle renvoie aux fluctuations de la réponse d’un individu à un traitement anti-vitamines K au fil du temps. Elle peut être influencée par divers facteurs, comme les changements d’habitudes alimentaires, la prise d’autres médicaments ou l’état de santé général du patient.

 

Il est impératif de surveiller la réponse d’un patient au traitement AVK, en particulier par le biais du test de l’INR. 

  • si l’INR est trop bas, il y a un risque thromboembolique ; 
  • si l’INR est trop haut, il y a un risque hémorragique. 

Astuce

Si le/la patient(e) est bien équilibré(e), on peut se permettre une vérification de l’INR tous les 15 jours. En début de traitement, l’INR doit être vérifié plus fréquemment, jusqu’à l’observation d’une stabilité chez le/la patient(e).

Contre-indications et effets indésirables

Comme pour tout médicament, les anticoagulants anti-vitamines K détiennent quelques contre-indications qui requièrent une attention primordiale. Il est déconseillé d’administrer un traitement par AVK, si le/la patient(e) est dans l’une de ces situations :

  • insuffisance hépatique ou rénale sévère ;
  • grossesse pendant le premier trimestre et les dernières semaines et pendant l’allaitement ;
  • accident vasculaire cérébral récent ;
  • lésions hémorragiques ou à risque hémorragique ;
  • ulcère gastroduodénal ;
  • varices œsophagiennes ;
  • dissection aortique ;
  • épanchements péricardiques.

Si les effets indésirables des AVK sont peu nombreux, ils existent. On retrouve : 

  • des manifestations hémorragiques à gravité variable ;
  • des accidents allergiques ; 
  • des nécroses cutanées.
img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Surveillance du traitement par AVK

L’administration d’un traitement par AVK est quotidienne, de préférence au même moment et en une seule prise. Il est conseillé de réaliser la prise de médicament le soir. Le matin est destiné à la vérification de l’INR qui donne ses résultats le soir, en conséquence, une adaptation des doses est plus aisée.

Important

Il ne faut surtout pas doubler les prises en cas d’oubli, et il est essentiel de sensibilier votre patient(e) sur la surveillance thérapeutique pour l'instruire sur les effets indésirables. 

Pour s’assurer de la stabilité du traitement sur chaque patient(e), on utilise l’INR et le TP (taux de prothrombine). L’INR doit être compris : 

  • entre 2 et 3, en prévention de récidive de thrombose après infarctus du myocarde ;
  • entre 3 et 4,5 en prophylaxie des accidents thromboemboliques après pose de prothèse valvulaire cardiaque.

Un premier contrôle doit être effectué dans les 48 h après la première prise de médicaments, puis tous les 3 à 4 jours jusqu’à la stabilité de l’INR. On augmente ou diminue la posologie médicamenteuse d’un quart de comprimé en fonction du résultat.

 

De manière générale, il faut également vérifier les éléments suivants : 

  • les risques hémorragiques comme l’épistaxis, les gingivorragies, l’hématurie, la rectorragie, et les hématomes spontanés ;
  • la disparition des signes cliniques de thrombose ; 
  • les signes de surdosage (INR élevé) ;
  • le carnet de suivi du traitement des AVK et suivi des INR, qui doit être scrupuleusement rempli.
img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Interactions avec les anti-vitamines K

Les anti-vitamines K ne réagissent pas de la même manière s’ils sont en présence d’autres médicaments. Lors de l’administration d’anticoagulant anti-vitamines K, certains traitements constituent une interaction médicamenteuse :

  • anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) ;
  • corticothérapie à haute dose ;
  • amiodarone (Cordarone®) ;
  • cimétidine (Tagamet®) ;
  • sulfamides anti-bactériens ;
  • rifampicine ;
  • allopurinol ;
  • barbituriques ;
  • carbamazépine ;
  • certains diurétiques.

Une prévention diététique est également nécessaire. Certains aliments diminuent aussi l’action des anti-vitamines K, car ils sont eux-mêmes riches en vitamines K. Voici la liste des aliments à éviter sous traitement anti-vitamines K : 

  • tous les légumes de la famille des choux ;
  • la salade ;
  • les tomates.

Rappel

En cas de surdosage, des ampoules de vitamines K peuvent être données ou le recours au PPSB peut être établi si les saignements sont sévères. Le PPSB est un mélange de plusieurs protéines de coagulation sanguine qui joue un rôle important dans le processus de la régulation du sang.

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez la fiche IDE sur les anti-vitamines K en PDF

Les anti-vitamines K

Les anti-vitamines K

+ de 800 téléchargements

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Les anti-vitamines K

+ de 800 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

La surveillance du risque hémorragique chez le patient sous anticoagulants

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

L’accident hémorragique est le principal risque chez le patient sous anticoagulants. L’infirmier doit donc assurer une surveillance attentive, en vérifiant les signes d’hémorragie, et plus particulièrement d’accident hémorragique grave (même si l’hémorragie non grave doit aussi être surveillée).

Cet article reprend les informations contenues dans notre formation infirmier anticoagulants : signes d'une hémorragie, gestion de l’accident hémorragique majeur (critères, surveillance et gestes d’urgence) et gestion de l’accident hémorragique non majeur.

Lire l'article

Anticoagulants oraux : tableau des médicaments pour infirmiers

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les anticoagulants oraux sont prescrits en cas de maladie cardiovasculaire, et plus particulièrement pour éviter la formation de caillots sanguins et prévenir ou traiter les accidents thromboemboliques. Ce cours infirmier anticoagulant résume les informations essentielles à retenir pour améliorer et maîtriser la surveillance de vos patients sous AVK ou AOD, grâce à notre tableau anticoagulant infirmier.

Lire l'article

Fiche IDE sur les héparines de bas poids moléculaire (HBPM)

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

Les héparines de bas poids moléculaires (HBPM) font partie des médicaments anticoagulants et de la famille des héparines (aux côtés de l’héparine calcique et de l’héparine sodique). Administrées par voies sous-cutanées ou en intraveineuse, elles ont un délai d’action rapide et efficace en cas de pathologies thromboemboliques. 
Retrouvez toutes les informations essentielles sur les HBPM (fiche IDE), issues de la formation Walter Santé Anticoagulants (cours infirmier en ligne), pour optimiser la prise en charge infirmière des patients sous anticoagulants et améliorer votre pratique.

Lire l'article

Étapes et rôle de l'hémostase primaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

La coagulation sanguine peut être divisée en deux parties : l’hémostase primaire et l’hémostase secondaire. L’hémostase primaire est elle-même composée de deux phases : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. De l’hémostase primaire à la fibrinolyse, en passant par l’hémostase secondaire, chaque étape de la coagulation du sang est nécessaire afin d’éviter l’accident hémorragique ou thrombotique.
Approfondissez vos connaissances de l’appareil cardiovasculaire, de la surveillance infirmière et des anticoagulants avec la formation infirmière à distance de Walter Santé.

Lire l'article