blog

Santé

Infirmier

Traitement des brûlures

Le traitement infirmier des brûlures

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Les brûlures touchent plus de 300 000 personnes chaque année en France, dont 3 000 de manière grave, entraînant en moyenne 300 décès. La prise en charge infirmière de la brûlure est déterminante pour sa cicatrisation ; voici donc en détail les éléments clés du traitement infirmier de la brûlure.

Qu'est-ce qu'une brûlure ?

Une brûlure est une atteinte traumatique aiguë de la peau.


Il faut retenir que la cicatrisation de la brûlure dépend en très grande partie de sa prise en charge immédiate, qui peut être définie par la règle des trois 15 : passer la plaie sous l'eau pendant 15 minutes à 15°C à 15 centimètres du robinet.

 

L'essentiel est que l'eau soit tempérée, ni chaude ni froide, et que la plaie passe sous un filet d'eau et non dans une bassine. Deux raisons à cela : le refroidissement et le décapage naturel de la peau morte.

Comment évaluer une brûlure : le score de Wallace

Le score de Wallace permet d'estimer l'étendue de la brûlure et donc de la zone à soigner. 
L'indication principale est la paume de la main : comme la paume de la main correspond à 1% de la surface corporelle, il suffit de mesurer l'étendue de la brûlure en la comparant à une paume de main

Exemple

Pour valider un AMI4, qui est un pansement lourd et complexe dans le cadre de la brûlure, il faut que la brûlure corresponde à 5% de la surface corporelle, soit cinq paumes de main.

Voici quelques indications supplémentaires pour d'autres surfaces corporelles :

  • la tête correspond à 9% de la surface corporelle ;
  • le cou correspond à 1% ; 
  • le tronc et le dos correspondent chacun à 18% ;
  • un bras correspond à 9% ;
  • et une jambe à 18%.

Maîtrisez l'évaluation des plaies grâce à la formation Plaies et Cicatrisation de Walter Santé, une formation pour infirmiers.ères 100% en ligne dispensée par Jean-Philippe Marcou, infirmier diplômé d'État depuis 2001.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Quelles sont les différentes causes d'une brûlure ?

Une brûlure peut être thermique, chimique ou électrique.

Les brûlures thermiques

La brûlure thermique correspond à plaie aiguë qui atteint la surface cutanée suite à une exposition de plusieurs secondes à une température de plus de 60° Celsius. Il peut s'agir par exemple d'eau bouillante, d'exposition au soleil, d'un barbecue, ou encore d'une cheminée ou d'un poêle. Cette brûlure atteint la surface saine de la peau et entraîne un enchaînement de réactions locales. 

Important

La cicatrisation de cette plaie peut mener à des complications secondaires, comme l'hypertrophie ou la congestion : l'hypertrophie correspond à une réponse excessive de cicatrisation, et la congestion à une accumulation sanguine dans la région cicatricielle.

La brûlure thermique peut être pure, mais peut aussi être couplée à une brûlure chimique.

Les brûlures chimiques

La brûlure chimique est la plus difficile à caractériser et celle qui peut entraîner les brûlures les plus disgracieuses. Un très grand nombre de produits chimiques sont susceptibles d'entraîner une brûlure importante, d'autant que ces produits pénètrent très rapidement dans les zones sous-cutanées, atteignent facilement le réseau vasculaire et propagent la brûlure.


La détermination de la cause de la brûlure est fondamentale : le caractère acide ou basique de l'agent causal, son degré de corrosion (concentration et masse molaire), sa nature, et la longueur du temps d'exposition doivent être déterminés dès l'arrivée du patient.

Les brûlures électriques

Les brûlures électriques sont rares aujourd'hui.


Les brûlures électriques se rencontrent aussi bien chez l'enfant que chez l'adulte (accident domestique, plus rarement accident de travail). Le membre supérieur (la main) est le plus souvent la porte d'entrée (parfois la bouche chez l'enfant) et le pied constitue la porte de sortie d'un passage corporel du courant électrique.

Le traitement infirmier des brûlures

La prise en charge infirmière de toute brûlure commence avec le refroidissement, appliqué selon la règle des trois 15. Ce refroidissement permet de préparer la peau pour les topiques locaux.

 

En fonction de la gravité de la plaie, les topiques locaux sont différents :

  • pour les brûlures de premier degré, les topiques appliqués sont la Biafine ou l'Ialuset ;
  • pour les brûlures de second degré sont favorisés les corps gras comme de la vaseline ;
  • pour les brûlures de second degré profond, les topiques à utiliser sont la Flammazine ou le Sorbact (contre la douleur et pour prévenir les infections).

L'incision de décharge

L'incision de décharge, coupure de la peau généralement longitudinale, permet d'éviter le risque important d'ischémie dans certaines brûlures. Elle s'effectue dans toutes les zones enclines à un étranglement circulaire : au niveau du poignet, du thorax, ou encore des jambes.
Cette incision peut avoir un résultat très impressionnant, car la peau s'écarte pour éviter une congestion.

Le recouvrement cutané

Il existe de nombreux produits de recouvrement cutané, qui varient en fonction de leur objectifs.

 

On peut distinguer quatre catégories de produits de recouvrement cutané

  • les pansements gras, comme le tulle gras ou les compresses Jelonet. Leur inconvénient principal est d'être pro-inflammatoire et de laisser se développer l'infection locale ;
  • les produits activant la détersion, comme les hydrogels, les hydro-absorbants, ou encore le Sorbact gel. Pour les petites brûlures, il faut également penser au miel ;
  • les topiques anti-infectieux comme la Flammazine, qui inhibent la prolifération des germes bactériens et permettent le développement d'un tissu de bourgeonnement sain ;
  • les substituts cutanés temporaires, aussi appelés derme artificiel, qui permettent de remplacer la perte d'une zone cutanée totalement détruite par une atteinte au troisième degré.

Apprenez-en plus sur les différents types de pansements infirmiers et leur application dans la formation Plaies et Cicatrisation de Walter Santé, une formation 100% en ligne et éligible au financement DPC.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Les techniques chirurgicales

Il existe aujourd'hui deux techniques chirurgicales : la détersion assistée et l'excision des greffes précoces. 
Le traitement infirmier lié à ces techniques chirurgicales passe notamment par le remplacement des pansements sur un lit-douche plusieurs fois par semaine, et l'avulsion complète de toutes les zones nécrotiques de peau.

La rééducation

La rééducation commence dès la sortie du bloc afin de stimuler toutes les articulations du corps humain pour éviter la rétraction.


Cette phase est absolument cruciale car elle détermine l'état local définitif de la peau en prévenant l'hypertrophie et la congestion, et est une phase de fragilité du patient qui peut avoir de nombreux problèmes médicaux liés à une décompensation sur le plan général d'un état antérieur fragile.

Sur le même thème

Le rôle de l'infirmier dans l'éducation thérapeutique du patient diabétique

Hippolyte Le Dem

|

5 Mai 2022

Étant donné que le diabète est une maladie chronique incurable, le patient doit apprendre à vivre avec et adapter son comportement pour en minimiser les effets. Par conséquent, son apprentissage et son éducation sont deux éléments fondamentaux pour bien gérer la maladie et ses implications. Le rôle de l'infirmier(ère) dans l'éducation thérapeutique du patient diabétique est donc essentiel.

Lire l'article

Comment évaluer et traiter la douleur du patient en soins palliatifs ?

Hippolyte Le Dem

|

29 Mars 2022

En soins palliatifs, le confort du patient est une priorité. Le rôle de l’infirmier(ère) est d’évaluer sans cesse la souffrance du patient pour améliorer sa qualité de vie, et non pas nécessairement sa durée de vie. Ainsi, le soignant se doit de rester attentif aux plaintes de la personne qu’il accompagne et de connaître les outils à sa disposition pour s’adapter au mieux. Nous vous proposons un tour d’horizon de l’appréhension de la douleur en soins palliatifs, son évaluation et ses traitements possibles.

Lire l'article

Quelles sont les évolutions prévues par l'avenant 6 pour les IDEL ?

Hippolyte Le Dem

|

7 Juin 2021

Publié au Journal officiel du 1er mars 2018, l’avenant n°6 complète la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux. Quelles sont les nouvelles mesures arrêtées par cet accord ? Voici le détail des cinq grandes rubriques de l'avenant 6 pour les IDEL.

Lire l'article

Avenant 8 à la convention médicale : quels changements pour le BSI ?

Hippolyte Le Dem

|

21 Mars 2022

Le 9 novembre 2021, la FNI (Fédération Nationale des Infirmiers) et le SNIIL (Syndicat National des Infirmières et des Infirmiers libéraux) ont opté pour la mise en place de l’avenant 8 à la convention médicale, qui étend le BSI (Bilan de Soins Infirmiers) aux patients de 90 ans et moins, et à tous les patients dépendants.

 

Quels sont les changements apportés par l’avenant 8 à la saisie du BSI infirmier ? Quels sont les nouveaux travaux conventionnels concernés ? Y a-t-il des changements dans la facturation des indemnités kilométriques ? Vous êtes un peu perdu.e ? On vous détaille les nouveautés de l’avenant 8 pour le cadre conventionnel infirmier.

Lire l'article