blog

Santé

Infirmier

Traitement des escarres

Le traitement infirmier des escarres

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

L'escarre est une plaie profonde qui, classée en quatre stades, peut être traitée différemment en fonction de la gravité de l'atteinte du tissu. Elle survient principalement chez les personnes âgées, que ce soit accidentellement, dans le cadre d'une maladie neurologique ou d'une pathologie en phase terminale. Elle fait partie des plaies auxquelles vous pouvez être confronté.e en tant qu'infirmier.ère.

Découvrez les spécificités du traitement infirmier des escarres.

Qu'est-ce qu'une escarre et comment se forme-t-elle ?

Les escarres sont des pertes d'intégrité cutanée consécutives à l'immobilisation. Le facteur essentiel dans la formation de ces escarres est la pression. Autrement dit, une escarre apparaît suite à une immobilisation du plan cutané entre deux plans durs, généralement le plan osseux et une autre surface dure (une chaise, une table, le sol, etc.). Les escarres sont une pathologie fréquente chez les personnes âgées et les petits nourrissons. 


Certaines zones du corps sont plus susceptibles que d'autres d'héberger des escarres. On note une prédominance sur le talon, le sacrum, l'ischion, l'occiput (chez l'enfant), ou encore les épaules et le coude.


Plusieurs facteurs peuvent mener à la formation d'une escarre et peuvent être associés ou isolés. Les mécanismes les plus fréquents sont les suivants : 

  • une pression trop forte prolongée ;
  • des chocs traumatiques ;
  • un cisaillement ;
  • de l'hypoxie tissulaire ;
  • de la malnutrition ou insuffisance nutritionnelle ;
  • un défaut ou une absence de vascularisation ;
  • l'immobilisation prolongée ou sa réduction.

Classification des escarres

Le stade d'une escarre peut être déterminé de deux manières : en prenant en compte sa classification anatomique (plus communément utilisée) ou sa classification colorielle.


La classification anatomique des escarres est divisée en quatre stades.

 

  1. Au stade 1, l'escarre présente une rougeur qui ne disparaît pas à la vitropression (la zone ne devient pas blanche après avoir appuyé dessus). On appelle cela le syndrome de menace.
  2. Au stade 2, on constate une désépidermisation ou un décollement cutané qui touche l'épiderme et éventuellement le derme.
  3. Au stade 3, l'escarre est nécrosée. Elle est alors une plaie profonde avec des plaques de nécrose durablement installées, recouvrant en général des tissus sous-jacents dévitalisés.
  4. Au stade 4, la plaie est ouverte et profonde avec plus ou moins de nécrose. Il s'agit ici d'un ulcère résultant généralement d'une escarre de stade 3 après élimination des tissus nécrotiques.


La classification colorielle n'est pas divisée en stades mais cartographie l'avancée de l'escarre : 

Couleur de l'escarreAvancée de l'escarre
RoseÉpidermisation
RougeBourgeonnement
JauneFibrine
NoirNécrose

L'évaluation des escarres

Pour évaluer le risque et le stade d'avancée d'une escarre, l'échelle fréquemment utilisée est l'échelle de Norton.

 

Cette échelle se divise en cinq sections, auxquelles correspondent 4 notes possibles (allant de 1 à 4). Après avoir noté la plaie en fonction des évaluations proposées dans chaque section, il faut additionner le total des points attribués.

Les cinq sections de l'échelle de Norton sont la condition physique, la condition mentale, l'activité, la mobilité, et l'incontinence.

Condition Physique État mental Activité Mobilité Incontinence 
Bonne4Alerte4Marche normalement4Normale4Aucune4
Moyenne3Apathique3Marche avec une aide3Diminuée3Occasionnelle3
Mauvaise2Confus2Assis en fauteuil2Très limitée2Urinaire2
Très mauvaise1Inconscient1Alité/totalement aidé1Immobile1Urinaire et fécale1

 

Si le score est inférieur à 16, le risque d'escarre est important ; plus le score se rapproche de 20, moins il y a de risque d'escarre.

 

Maîtrisez l'évaluation des plaies grâce à la formation Plaies et Cicatrisation de Walter Santé, une formation pour infirmiers.ères 100% en ligne dispensée par Jean-Philippe Marcou, infirmier diplômé d'État depuis 2001.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Le traitement infirmier des escarres


Le meilleur traitement des escarres est la mise en place des axes préventifs, dont l'infirmier est responsable. Cette prévention se divise en quatre axes majeurs : l'effleurage, le support, l'hydratation et la décharge.

L'effleurage

L'effleurage consiste à favoriser la micro-vascularisation cutanée au niveau des points d'appui (c'est-à-dire la circulation du sang dans les très fins vaisseaux sanguins de la peau) en massant sans appuyer sur la peau. 
Pour effectuer l'effleurage, le seul dispositif médical reconnu aujourd'hui est le Sanyrène ; sans Sanyrène, une huile (quelle qu'elle soit) fera l'affaire.


L'effleurage est indiqué pour les personnes alitées ou assises avec appui prolongé. 
Cependant, il est interdit lorsque l'escarre atteint le stade 1 (lorsque la vitropression ne fait pas disparaître la rougeur), ou que la zone concernée est inflammatoire.

Le support

Le support peut être dynamique ou non, et peut prendre différentes formes :

  • un surmatelas, qui se pose sur le matelas ;
  • un matelas remplaçant le matelas ordinaire, comme un matelas à air, un matelas à eau, ou encore un matelas à mémoire de forme ;
  • un coussin spécialisé comme un coussin de gel, un coussin à air, ou un coussin gel et eau. Ces coussins peuvent être utilisés en complément d'un matelas ou d'un surmatelas.


Il faut se rappeler que l'infirmier a la possibilité de prescrire ces différentes formes de supports. Si vous avez un doute, vous pouvez vous rendre sur le site ameli.fr qui renseigne précisément la liste de supports qui peuvent être prescrits.


Quel que soit le support choisi (choix qui se fera en fonction du risque ou de la présence d'une escarre, mais aussi en fonction du matériel disponible et des moyens humains), il est indispensable de limiter le nombre de couches entre le support et la peau du patient. Sur des matelas alternatifs par exemple, il est interdit de border le draps ou de mettre une alaise.

L'hydratation

La toilette est le premier soin à mettre en place chez un patient ayant une escarre et étant alité. Au cours de cette toilette, l'hydratation cutanée permet d'accélérer la cicatrisation de la plaie en la maintenant dans un environnement humide et chaud


L'hydratation cutanée ne se fait pas avec de l'eau mais avec des produits hydratants. Le lait, les lotions et le déxéryl sont les produits les moins hydratants ; il faut au contraire favoriser des produits gras ou huileux, comme les huiles sèches, des corps gras ou des cérats et recompositions. Les produits les plus hydratants sont les huiles naturelles (jojoba, coco ou argan) : l'huile de coco est celle au meilleur rapport qualité/prix.

La décharge

La décharge permet de ne pas mettre de pression sur la plaie existante. Elle s'effectue par mécanisme de matelas alternatifs, de coussins ou de cales. L'objectif de la décharge totale est d'optimiser la vascularisation de la plaie.


En fonction de l'emplacement de l'escarre, des positions de repos différentes sont à privilégier : latérale oblique pour l'escarre sacrée ou trochantérienne ou ventrale pour l'escarre ischiatique par exemple.

 

Apprenez-en plus sur les escarres et tous les types de plaies dans la formation Plaies et Cicatrisations à destination des infirmiers.ères de Walter Santé.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

Comment évaluer et traiter la douleur du patient en soins palliatifs ?

Hippolyte Le Dem

|

29 Mars 2022

En soins palliatifs, le confort du patient est une priorité. Le rôle de l’infirmier(ère) est d’évaluer sans cesse la souffrance du patient pour améliorer sa qualité de vie, et non pas nécessairement sa durée de vie. Ainsi, le soignant se doit de rester attentif aux plaintes de la personne qu’il accompagne et de connaître les outils à sa disposition pour s’adapter au mieux. Nous vous proposons un tour d’horizon de l’appréhension de la douleur en soins palliatifs, son évaluation et ses traitements possibles.

Lire l'article

Quelles sont les évolutions prévues par l'avenant 6 pour les IDEL ?

Hippolyte Le Dem

|

7 Juin 2021

Publié au Journal officiel du 1er mars 2018, l’avenant n°6 complète la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux. Quelles sont les nouvelles mesures arrêtées par cet accord ? Voici le détail des cinq grandes rubriques de l'avenant 6 pour les IDEL.

Lire l'article

Quel est le rôle de l'infirmier en oncologie dans la prise en charge du cancer ?

Hippolyte Le Dem

|

18 Juin 2021

Le nombre de patients atteints par le cancer ne cesse d’augmenter mais les différents traitements évoluent considérablement diminuant ainsi le nombre de décès liés à cette maladie. La prévention est un outil fondamental servant à cette baisse du nombre de cas recensés. La prise en charge des patients atteints de cancer dans notre pays peut se faire dans des endroits spécialisés, comme les centres de lutte contre le cancer, ou dans des structures hospitalières, publiques ou privées. Qu’ils exercent en milieu hospitalier ou en secteur libéral, les infirmiers et infirmières sont des acteurs importants de la prise en charge du patient en oncologie. Ils occupent une place capitale tout au long du parcours du patient dans sa prise en charge et deviennent alors une aide de choix pour les médecins et tous les autres acteurs de la prise en charge. Découvrez les spécificités du rôle de l’IDE en oncologie.

Lire l'article

L'accompagnement de la famille en soins palliatifs

Hippolyte Le Dem

|

28 Mars 2022

La prise en charge d’un patient n’englobe jamais uniquement l’individu qu’il représente. Un patient apporte son histoire, ses croyances, ses peurs, mais aussi son entourage. Accompagner un patient en soins palliatifs dans le respect le plus total, c’est aussi accompagner ses proches. Comment assurer un accompagnement familial optimal ? Nous évoquons trois aspects essentiels.

Lire l'article