blog

Santé

Médecin généraliste

Du papillomavirus au cancer

Comment l'infection au papillomavirus conduit-elle au cancer ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Nous vous détaillons ici le cheminement qui d’une infection HPV mène parfois au cancer. Cet article est inspiré de notre formation HPV à destination des médecins généralistes, dispensée par le Professeur Carcopino.

Quel est le processus de l'infection HPV au cancer ?

Au bout de 8 à 12 mois après l'infection par HPV, dans 80% des cas, le virus est éliminé. L’infection transitoire n’a pas de conséquences cliniques mais on observera évidemment un frottis anormal tant que la clairance virale ne sera pas totalement aboutie.

Chez une femme jeune, l’infection transitoire est fréquente et banale. Au sein de cette population, un dépistage induirait un grand nombre de positifs non pertinents (Faux positifs pour des lésions pré-cancéreuses).

En revanche, c’est si l’infection au papillomavirus persiste qu’apparaissent des lésions. On les classe en deux catégories :

  • lésions de bas grade (équivalent CIN 2/3)
  • lésions de haut grade (équivalent CIN 1)

On ne considère pas de continuité entre ces deux catégories : les lésion de bas grade disparaissent sans trace dans 70% des cas en 2 ans tandis qu’elles ne précèdent pas systématiquement celles de haut grade.

Éléments pronostiques :

  • CIN1 ⇔ risque de cancer à 10 ans < 1/1000
  • CIN 2 ⇔ risque de cancer à 5 ans de 30%

Le temps entre l'infection au HPV et le cancer dure plus de 10 ans.

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation
img test

Quelle est la prévalence d'infection HPV selon l'âge ?

La femme est infectée de façon presque inévitable dans sa jeunesse une fois active sexuellement. En revanche, après 30 ans et avec l’âge, les infections au HPV sont moins fréquentes et le cas échéant sont susceptibles d’être persistantes et chroniques.

C’est une petite proportion de la population qui n’éliminera pas le virus et développera des lésions pré-cancéreuses vers 30 ans, puis un cancer à 40 ans.

On observe un petit rebond des infections au papillomavirus à la ménopause qui demeure encore inexpliqué. On ne peut pas savoir quand et avec qui une patiente peut avoir été infectée. En effet, un résultat HPV positif peut caractériser une infection datant de plus de 15 ans. Mieux vaut ne pas évoquer inutilement l’infidélité.

Walter Santé vous propose une formation HPV en ligne, dispensée par le Professeur Xavier Carcopino, gynécologue obstétricien, Vice-Président de la SFCPCV. Nous vous accompagnons dans vos démarches de souscription et de financement.

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation
img test

Quelle est la prévalence des différents types d'HPV ?

HPV 16 est de loin le virus le plus représenté dans le monde, suivi de HPV 18. HPV 45 est, lui, très représenté en Afrique de l’ouest. HPV 18 est en revanche peu représenté chez les patientes CIN 2/3.

80% des cancers du col de l’utérus sont dus aux HPV 16 et 18.

Sur le même thème

Le papillomavirus humain (HPV) : définition et risques

Hippolyte Le Dem

|

18 Juin 2021

Les virus HPV sont des virus à ADN qui se transmettent de façon interhumaine par voie sexuelle (possiblement par voie indirecte par objets). On recense jusqu’à 150 HPV différents classés en deux familles : bas et haut risque. Cet article est tiré de notre formation HPV, dispensée par le Professeur Carcopino. Formation à destination des médecins généralistes.

 

Lire l'article

Les troubles du comportement du patient Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

Les troubles du comportement du patient Alzheimer fluctuent en fonction de l’évolution de la maladie, de la personnalité et de l’histoire du patient. Ils correspondent à des tentatives de communication avec les autres et d’adaptation à l’environnement du patient atteint de troubles cognitifs. En tant que professionnel de santé, il est essentiel de bien les décoder pour s’y adapter.

Lire l'article

Les facteurs de risques de la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer est une maladie incurable. Pour autant, il est possible d’éviter ou de contenir son expression par l’identification des facteurs de risques d’Alzheimer chez le patient. Dans la plupart des cas, l’expression de la maladie d’Alzheimer est liée à la conjonction de plusieurs facteurs de risque et de facteurs génétiques probablement présents ou limités. La maladie d’Alzheimer est très rarement génétique. En effet, cette maladie n’est pas monogénique, c’est-à-dire liée à la mutation d’un seul gène.


Suivre une formation Alzheimer vous permettra de mieux identifier les facteurs risques Alzheimer auxquels peuvent être confrontés vos patients.

Lire l'article

Quels sont les différentes formes de la maladie d'Alzheimer ?

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

Les études menées sur la maladie d'Alzheimer laissent présager que ce trouble cognitif majeur deviendra un problème de santé public mondial d’ici 2050. La formation Alzheimer des médecins généralistes et des professionnels de santé est donc primordiale. Définie comme l’expression de troubles cognitifs et comportementaux en rapport avec des lésions du cerveau caractéristiques de la maladie, Alzheimer prend le plus rarement une forme familiale et le plus souvent une forme modérée qui se développe jusqu’à la forme sévère.

Lire l'article