blog

Santé

Médecin généraliste

Surveillance après conisation

La surveillance de la patiente après une conisation

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

La conisation est un traitement chirurgical qui permet d'éliminer des lésions de bas grade persistantes depuis plus de 2 ans, ou des lésions de haut grade. Suite à ce traitement, les patientes font face à un risque de récidive et sont plus exposées au cancer du col de l'utérus que les patientes lambda. Il faut donc assurer une surveillance suite à la conisation : voici tout ce que vous avez besoin de savoir sur cette surveillance post-thérapeutique de votre patiente en cabinet de médecine générale.

img test

Maîtrisez la prise en charge du cancer du col de l'utérus

Notre formation complète sur la prévention et prise en charge du CCU : dépistage, enjeux de la vaccination HPV, prise en charge et suivi post-thérapeutique, état de la recherche.

Découvrir la formation

Le risque de récidive après une conisation

Le risque de récidive conditionne la surveillance post-thérapeutique. Après le traitement des lésions pré-cancéreuses par conisation, le patient ne relève plus du dépistage, mais d'une surveillance post-thérapeutique adaptée.


Il faut comprendre que toute patiente risque de développer à nouveau une lésion intra-épithéliale, que le traitement se soit réalisé de manière optimale ou non. Ce risque de développer une nouvelle lésion à 5 et 10 ans est aux alentours de 15% à 20%, selon les études et le grade de la lésion. En cas de lésion CIN2+, le risque de récidive est entre 16,5% et 18,3% ; en cas de lésion CIN3+, le risque de récidive est plus faible et tourne aux alentours de 8,6% à 9,2%.

Bon à savoir

Les récidives surviennent principalement au cours des deux premières années de suivi ; mais il faut savoir que le risque de récidive reste présent tout au cours de la vie de la patiente.

Approfondissez vos connaissances sur le cancer du col de l'utérus et sur le HPV grâce à la formation DPC de Walter Santé, à destination des médecins généralistes. Vous serez formé(e) au dépistage et à la prise en charge du cancer du col de l’utérus par le professeur Xavier Carcopino, gynécologue obstétricien et vice-président de la SFCPCV.

La surveillance post-thérapeutique après une conisation

Les patientes ayant eu un traitement par conisation sont à risque de développer une nouvelle lésion intra-épithéliale ; mais elles ont également un risque plus élevé que la moyenne de développer un cancer du col de l'utérus. Cette exposition au cancer du col de l'utérus est trois à cinq fois plus importante que la population générale.


Comme pour le dépistage, le test HPV reste le plus performant dans la surveillance post-thérapeutique. Pendant de nombreuses années, on adminsitrait à la fois un test HPV et un frottis : or en effectuant les deux tests, la sensibilité ne sera pas meilleure et il y aura une baisse de la spécificité des tests.

Important

Il faut noter qu'après la conisation, tout test HPV réalisé sera négatif dans les 6 mois suivants le traitement. On recommande aujourd'hui de faire un test 6 mois après la réalisation du traitement pour une surveillance post-thérapeutique optimale.

img test

Vous n'êtes pas professionnel de santé ?

Découvrez nos formations Learning !

En savoir plus

L'importance de la compliance des patientes dans le suivi

La compliance des patientes à la surveillance post-thérapeutique est essentielle : il s'agit de la capacité de la patiente à revenir pour assurer sa surveillance post-thérapeutique. Il faut absolument prendre le temps d'expliquer à la patiente que malgré le traitement par conisation, elle reste plus à risque d'avoir une récidive et un cancer du col de l'utérus qu'une patiente lambda ; qu'il est donc primordial qu'elle soit disponible pour une surveillance post-thérapeutique adaptée. Les modalités de cette surveillance adaptée doivent être transmise par écrit à la patiente, car cela améliore considérablement les chances qu'elle soit compliante. Expliquer les modalités de la surveillance post-thérapeutique dès l'intervention chirurgicale peut aider à améliorer la compliance des patientes.


En effet, la compliance des patientes au suivi post-thérapeutique reste mauvaise : aujourd'hui, on perd de vue 21% des patientes suivant le traitement, et 41% d'entre elles n'auront qu'un suivi incomplet ou irrégulier.

 

Pour en savoir plus sur le papillomavirus humain, consultez notre FAQ sur le HPV et notre article sur le vaccin HPV.

Comment déterminer la prise en charge d'une patiente traitée ?

En fonction de la situation de la patiente traitée, il faudra prendre des décisions adaptée au cours de la surveillance post-thérapeutique.

Cas de figure #1 : la patiente présente une lésion histologique intra-épithéliale de bas grade qui a été traitée

Prenons d'abord le cas de la patiente présentant une lésion histologique intra-épithéliale de bas grade qui a été traitée (pour rappel, une lésion de bas grade ne doit être traitée qu'en cas de persistance de plus de 2 ans). Dans cette situation, il faut commencer par faire un test HPV 6 mois après le traitement : si le test est négatif, on considère que la patiente est guérie (par la suite, elle pourra à nouveau bénéficier du dépistage). Si le test est au contraire positif, il va falloir effectuer une colposcopie.

 

En fonction du résultat de la colposcopie, 3 issues sont possibles :

  • si la colposcopie est satisfaisante et qu'il n'y a pas de lésion, la patiente va pouvoir faire un test HPV un an après ;
  • si la colposcopie est satisfaisante, mais qu'il y a une lésion, il faut suivre la conduite à tenir recommandée par l'Institut national du cancer ;
  • si la colposcopie n'est pas satisfaisante, mais qu'il n'y a pas de lésion et que le vagin est normal, il n'y a pas systématiquement besoin d'effectuer une conisation diagnostique.

Cas #2 : la patiente présente une lésion de bas grade après conisation

Prenons maintenant un cas particulier : il arrive que, suite à une colposcopie, on retrouve une lésion de haut grade ; mais qu'en effectuant une conisation, l'analyse post-conisation révèle une lésion de bas grade. Ces patientes doivent être prises en charge comme celles qui ont eu une lésion de haut grade.

Cas #3 : la patiente présente une lésion de haut grade après conisation

Enfin, pour les patientes présentant une lésion de haut grade, il faut également commencer par un test HPV 6 mois après le traitement. Si le test HPV est négatif, la patiente pourra en effectuer tous les 3 ans, et sera surveillée sans limite d'âge. S'il est positif, il lui faudra faire une colposcopie, dont les résultats auront les mêmes conséquences que pour une patiente atteinte d'une lésion de bas grade traitée.


Ainsi, la différence principale entre les lésions de bas grade traitées et les lésions de haut grade traitées est la surveillance post-thérapeutique lorsque le test HPV est négatif 6 mois après le traitement : dans le premier cas, la patiente pourra retourner au dépistage, alors que dans le deuxième, la patiente sera surveillée par des tests HPV tous les 3 ans et sans limite d'âge.

img test

Formations Santé

Découvrez nos formations DPC à destination des professionnels : Infirmiers(ères), Médecins Généralistes, Masseurs-kinésithérapeutes et Chirurgiens-dentistes.

Découvrir les formations

Sur le même thème

Les avis de nos apprenants médecins généralistes sur les formations DPC Walter Santé

Thomas Cornet

|

19 Septembre 2022

Découvrez dans cet article les avis de nos apprenants sur les formations Walter Santé destinées aux médecins généralistes.

Lire l'article

Tout savoir sur le bloc de branche en cardiologie

Thomas Cornet

|

10 Octobre 2022

Qu’est-ce qu’un bloc de branche ? Découvrez les troubles de la conduction intraventriculaire, les hémiblocs et branches ainsi que la meilleure façon d’identifier un bloc de branche typique, le tout en lien avec la lecture d’un électrocardiogramme. 

Lire l'article

Les médicaments contre les troubles cardiaques

Thomas Cornet

|

10 Octobre 2022

Médecins généralistes, vous vous demandez quels médicaments prescrire contre les troubles cardiaques ? Des solutions existent, bien qu'aucun médicament ne soit capable d'accélérer le cœur durablement. Certains réduisent les arythmies quand d'autres peuvent s’avérer toxiques pour les organes du patient. Découvrez comment accélérer le cœur de vos patients grâce à la classification de Vaughan-Williams. Elle répartit les antiarythmiques en quatre classes. Apprenez également à repérer les signes d’intoxication sur les tracés ECG. 

Lire l'article

Réaliser un prélèvement cervico-utérin : définition, matériel et étapes

Thomas Cornet

|

3 Octobre 2022

Le dépistage du papillomavirus chez la femme passe nécessairement par un prélèvement cervico-utérin. Quel est cet examen et dans quelles conditions l’effectuer ? Une patiente en période de règles peut-elle se soumettre à un prélèvement ? Nous répondons à vos questions sur le PCU.

Lire l'article